Vous êtes ici

A Vienne, les villes européennes demandent à l'UE de garantir des pouvoirs et des ressources pour le logement social

​Source: CGLU

Les 4 et 5 décembre, la ville de Vienne a accueilli la conférence « Logement pour tous », un forum pour présenter un plan d'action européen (disponible en anglais) visant à mettre en œuvre des politiques pour le droit au logement. Le rassemblement a également donné le coup d'envoi d'une campagne menée par les villes pour que le logement figure en bonne place à l'ordre du jour des prochaines élections européennes. Vienne, Barcelone et Lisbonne, en tant que villes promotrices de l'initiative Cities for Housing au sein du mouvement mondial, ont bénéficié du soutien de la Rapporteuse spéciale des Nations Unies sur le droit au logement, Leilani Farha. La Conférence a également permis aux participants d'avoir une impression directe du modèle viennois de logement social en tant que service public.

Les villes européennes appellent les institutions de l'Union Européenne (UE) à garantir des conditions adéquates pour que les collectivités locales puissent fournir des logements sociaux

La financiarisation mondiale du logement a laissé les locataires sans protection : comme l'a dit la Rapporteuse spéciale des Nations Unies sur le logement convenable, Leilani Farha, « si les gouvernements ont abandonné les locataires, ils n'ont pas abandonné les investisseurs. L'immobilier résidentiel est la plus grande entreprise du monde : 163 billions de dollars - presque trois fois le PIB mondial annuel ». En Europe, la spéculation sur le logement a fait monter en flèche les coûts : les loyers sont déjà la principale dépense des ménages européens et 82 millions de citoyens sont surchargés par les coûts du logement.

Dans ce contexte, la ville de Vienne a accueilli la conférence « Logement pour tous » afin d'inviter les institutions de l'UE à fournir un cadre réglementaire garantissant que les villes disposent de compétences et de ressources suffisantes pour garantir le droit au logement par le biais des programmes de logement social. « Nous ne pouvons pas laisser le logement au marché : il est trop important pour la vie humaine. Après tout, le marché n'approvisionnera jamais toutes les couches de la population en logements abordables. Nous, les villes, avons besoin de conditions adéquates pour fournir des logements sociaux à tous », a déclaré le maire de Vienne, Michael Ludwig.

La conférence a été l'occasion de donner le coup d'envoi d'une campagne menée par des villes européennes pour transformer le mouvement des Villes pour le logement en mouvement régional, et de placer la question du logement en tête de l'ordre du jour des prochaines élections au Parlement européen. Comme l'a affirmé Laia Ortiz, adjointe au maire de Barcelone pour les droits sociaux, « il est temps à présent de traduire le mouvement mondial pour le droit au logement en stratégie européenne. Nous comptons sur Vienne, en tant que ville leader dans la lutte pour le droit au logement, et avec beaucoup d'autres villes qui demandent de considérer le logement comme un droit humain (« make The Shift »).

Rui Neves Bochmann Franco, conseiller adjoint au logement de Lisbonne, a également assisté à la conférence pour réaffirmer l'engagement de sa ville dans le logement social. Vienne, Barcelone et Lisbonne figurent parmi les signataires européens de la Déclaration des villes pour le logement, qui a également rassemblé d'autres soutiens dans la région : Amsterdam, Berlin, Bologne, Londres, Manchester, Mannheim, Paris, Plaine Commune, Rennes, Terrassa et Saragosse (liste complète ici).

Le plan d'action du Partenariat européen pour le logement : une action politique concrète pour un logement abordable en Europe

Au cours de la conférence, la ville de Vienne a également présenté les résultats des travaux menés depuis trois ans par le Partenariat européen pour le logement - un groupe de travail dans le cadre de l'Agenda urbain européen pour l'amélioration des politiques de logement abordable. Le résultat de ce travail est un plan d'action (anglais) qui comprend 12 actions politiques concrètes dans les domaines de la réglementation du logement, de la connaissance et de la gouvernance, et du financement. Au cours de la conférence, les parties prenantes membres du Partenariat pour le logement ont appelé l'UE à contribuer aux efforts en faveur du logement abordable en fournissant des instruments juridiques et financiers adéquats, ainsi qu'un suivi rigoureux des développements dans tous les domaines des gouvernements.

Le modèle de Vienne : le logement social en tant que service publicLe modèle de Vienne : le logement social en tant que service public

Au cours de la deuxième journée de la conférence, les participants ont eu l'occasion de visiter des cités de logements sociaux pour se faire une idée plus concrète de ce que l'approche viennoise du logement en tant que service public se traduit dans la réalité. Le projet public de la ville a été initié à l'époque de la municipalité de Vienne Rouge (1922-1934) : pendant l'entre-deux-guerres, la Mairie a répondu à la pauvreté et à l'afflux de réfugiés en lançant un vaste programme de construction de logements.

Un exemple de ces premiers domaines sociaux est le complexe de Rabenhof : au moment de sa construction (1927), les dépenses locatives des habitants étaient limitées à 4% de leurs revenus. Aujourd'hui, la commune de Rabenhof peut compter sur un jardin d'enfants public, une bibliothèque et un théâtre au sein du domaine, entre autres, et les loyers sont encore un tiers moins chers que ceux du marché privé. De telles politiques de logement social qui durent depuis des décennies ont eu pour conséquence que 62% de la population viennoise vit dans des logements subventionnés, c'est-à-dire 220.000 maisons municipales et plus de 200.000 appartements subventionnés.

Plus d'informations :