Vous êtes ici

La Commission poursuit son engagement pour la défense des droits à l’occasion du Conseil mondial de CGLU

La ville de Madrid a accueilli, du 5 au 8 novembre dernier, une nouvelle édition du « Forum des villes contre la violence urbaine et pour la coexistence et la paix » ainsi que le Conseil mondial de CGLU et le Forum ibéro-américain des pouvoirs locaux. La rencontre a réuni plus de 5000 participants, dont environ 400 représentants de gouvernements locaux et régionaux de plus de 35 pays différents.

Des villes du réseau actives pour défendre tant les droits humains que les Villes pour la paix et le droit au logement

La ville de Madrid a organisé, en partenariat avec l’ONG Mundubat, une rencontre sur « L'Autre Jérusalem » afin d’explorer le rôle possible des administrations locales faisant face à des situations de violation des droits humains telles que Jérusalem. Les représentants de Madrid, Valence et Hébron ont évalué leur expérience spécifique en matière de coopération décentralisée et en faveur des droits humains. Le représentant du Secrétariat de la Commission a partagé à cette occasion le travail réalisé par plusieurs collectivités palestiniennes membres du réseau.

Dans la continuité des discussions autour de la Paix portée par la ville de Grigny au WHRCF 2018, la ville de Granollers a participé à la rencontre « Les clés de la culture de la paix dans les villes » organisée par le réseau Maires pour la paix. Cette réunion a figuré les prémices d’un travail partagé entre les collectivités locales à ce sujet. A travers des perspectives telles que l'équilibre territorial, l'approche genre ou celle des villes éducatrices, les participant.e.s se sont interrogé.e.s sur l’impulsion de nouvelles formes de gouvernance permettant de construire des Villes de Paix. Les préoccupations partagées à l’occasion de ce débat ont rejoint les enjeux portés par le droit à la ville : remettre les habitants au cœur des villes, garantir des conditions de vie dignes et justes pour tout.e.s, défendre les droits et améliorer la participation citoyenne.

Cette édition du Conseil mondial a également accueilli la première réunion de la Communauté de pratiques de CGLU sur le logement : un mécanisme de dialogue et de travail partagé entre les membres de CGLU et les municipalités adhérant à la déclaration « Des villes pour un logement convenable ». La Commission a participé activement à l'organisation de cette réunion, en mobilisant ses membres et en facilitant le débat.

[ Vous trouverez ici un rapport complet du débat et des conclusions de cette session ]

Autres participations et contributions des villes de la Commission

À l’occasion de la session extraordinaire consacrée à la stratégie politique de l’organisation mondiale, le co-président de la CISDPDH, Patrick Braouezec (Plaine Commune), a défendu « qu'il est nécessaire qu'en tant que gouvernements locaux, nous modifions notre manière de travailler avec nos habitants, afin d’aller vers plus de co-création des villes ». Conformément à l'agenda politique mené par les membres de la Commission, la coprésidente de CGLU, Ada Colau (Barcelone), a également invité de nouveau les membres de CGLU à « adhérer à la Déclaration municipaliste pour le logement convenable et allez plus loin qu'une simple déclaration d’intentions ».

De même, le Forum a accueilli une nouvelle édition du Conseil politique du droit à la ville de CGLU, cette fois-ci axée sur les migrations. Cette réunion était un préalable à l'adoption du Pacte mondial pour la migration (MCG) qui aura lieu à Marrakech le 10 décembre. À cet égard, les représentants de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) et les membres de CGLU ont convenu de la nécessité de travailler ensemble pour obtenir une implication et une reconnaissance claires du rôle des pouvoirs locaux dans la mise en œuvre et processus de suivi du pacte.

La réunion s'est construite sur les messages politiques de la Réunion « Villes et migrations » de Malines (2017) et était en phase avec les demandes d'une plus grande attention à l’approche par les droits humains exprimée par les membres de la Commission lors du Forum Mondial des Villes pour les Droits Humains de Gwangju 2018.

Rencontre des partenaires de la Commission

Enfin, une réunion informelle entre les pouvoirs locaux et membre partenaires de la Commission a été organisée le mardi 6 novembre. Elle a réuni des représentants de la coprésidence de Plaine Commune (France) et de la Ville Mexico (Mexique), de Barcelone, de Granollers et de Madrid (Espagne), de Puerto Montt (Chili), de Nanterre (France), de Montréal (Canada) et du Forum de Autorités locales périphériques - FALP et Observatoire international de la démocratie participative - OIDP. En outre, des représentants de la coprésidence ont également échangé avec d'autres villes actives du réseau, telles que Montevideo (Uruguay) ou Séoul (Corée du Sud).

La réunion a permis d’échanger sur les priorités à venir et de centrer plus clairement le travail de la Commission autour de la question des “Villes pour les droits humains” pour l’année 2019. La volonté de poursuivre le travail de collaboration entre pouvoirs locaux et la société civile organisée a également été réaffirmée. De même, la Commission visera à articuler ses programmes et priorités avec d’autres thèmes tels que le métropolisation et la justice territoriale, le droit à la paix et la poursuite du débat autour du droit à la ville et de sa mise en œuvre. L’objectif est de donner un nouvel élan à la Commission en tant qu’instrument d’action collective par et pour les pouvoirs locaux.

En ce sens, les prochaines évènements clés de la Commission seront à Marrakech (le 22 novembre) et à Barcelone (le 11 décembre), articulant les bases des alliances locales pour les droits humains et le droit à la ville en Afrique et en Europe. La Commission cherchera à mener ce débat régional-mondial sur la question des villes pour les droits humains sur d'autres continents dans les mois à venir.