Vous êtes ici

L'Approche fondée sur les Droits à travers le Plan « Bogotá Humana »

De septembre à décembre 2015, la Commission Inclusion Sociale, Démocratie Participative et Droits Humains de CGLU et la Direction de l'intégration sociale de la Mairie de Bogotá ont entrepris un processus de suivi des politiques publiques liées à la petite enfance, au vieillissement et au troisième âge et à l'habitabilité de la rue, depuis la perspective des Droits Humains de la Charte-Agenda Mondiale des Droits Humains dans la Ville.

L'enjeu était de voir comment les politiques publiques locales d'action sociale parviennent à garantir concrètement les droits prévus par la Charte. Ce processus a également permis une remontée des informations vers la Charte, avec des politiques publiques qui permettent, sur les territoires, de développer les droits et, à certaines occasions, d’aller même plus loin, en entérinant de nouveaux droits à partir de réalités urbaines complexes et changeantes. Une équipe interdisciplinaire et internationale a donc été chargée d’analyser comment ces politiques publiques ont permis de progresser dans la garantie des droits humains des habitant-e-s de Bogotá.

Vers une nouvelle construction de l'action publique

Au cours des dernières décennies, les inégalités se sont renforcées partout dans le monde et davantage encore dans les zones métropolitaines où chaque jour, des milliers de personnes viennent s’installer, fuyant la pauvreté, les guerres, les conséquences du changement climatique et l'abandon des politiques de développement rural de la part de l'État. Face à ce phénomène, les politiques économiques néo-libérales contribuent dans une grande mesure à l'exclusion, en fondant le développement urbain uniquement sur la compétitivité entre les grandes métropoles, pour susciter les investissements et leur rentabilité sur le marché.

Ces mêmes politiques, avec leurs exigences d'austérité, limitent considérablement la capacité d'action des organismes publics à redistribuer les richesses et à répondre à la demande sociale croissante. Dans ce contexte, les gouvernements locaux se retrouvent avec des ressources toujours plus rares pour faire face aux défis supposés par la croissance de la population, en termes d'accès aux services publics, aux politiques de planification, de logement... Selon ONU-Habitat, dans bien des cas, les inégalités urbaines sont plus fortes que les inégalités au niveau national.

Néanmoins, pour beaucoup la ville continue de représenter un espoir d'accéder à de meilleures conditions de vie et à des opportunités. Les personnes aspirent au droit à la Ville, c'est-à-dire à la garantie que le territoire des villes et leur environnement soient un espace d'exercice et de respect des droits, où la distribution et la jouissance des ressources, richesses, services, biens et possibilités offerts par les villes se fait de forme équitable, universelle, juste, démocratique et durable.

Attentifs à ces aspirations, certains gouvernements locaux, rejetant le fatalisme de l'austérité économique et usant de leur imagination au pouvoir, manifestent très concrètement leur engagement dans le développement de ce droit à la ville et à faire de leurs territoires des lieux de respect des droits. Ces gouvernements locaux s'engagent à lutter contre les inégalités et à rétablir la justice sociale et spatiale, en concertation avec leurs habitant-e-s.

Bogotá Humana

Le cas de Bogotá est une illustration concrète de la façon dont un gouvernement local peut travailler vers le droit à la ville, en contribuant à convertir la zone métropolitaine en un espace d'exercice et respect des droits et de réalisation progressive du droit à la ville

En 2012, la ville se lance dans une politique d'inclusion sociale selon une démarche prenant la forme de parcours actif des habitant-e-s vers la garantie de leurs droits, baptisée la « Route des droits ». Dans cette optique, la gestion du public s’est fondée sur une approche par lesété focali droits, en rénovant ainsi le contrat social local avec la population. 

Par conséquent, en partant de l'observation et de l'analyse des politiques d'inclusion sociale de la ville de Bogotá, le présent rapport vise à tirer les leçons apprises de la « Route des droits de Bogotá » pour éclairer les gouvernements locaux qui empruntent cette route de promotion, protection et garantie du droit à la ville sur leur territoire.