Vous êtes ici

Réhabilitation de la Médina de Tunis et intégration des migrants de l'intérieur

Tunis
Tunisie

 

La ville de Tunis fait face à une dynamique migratoire complexe. Destination des migrations internationales, Tunis fait également office de plate-forme de transit des migrants qui se dirigent vers l’Europe. La migration de l’intérieur représente une autre facette majeure du profil migratoire de la ville.

Après son indépendance en 1956, la ville de Tunis a attiré un grand nombre de migrants de l’intérieur du pays à la recherche d’emplois. La majorité de ces migrants a trouvé refuge dans le centre historique de la ville, connu sous le nom de médina, où nombre de maisons et d’appartements étaient inoccupés, leurs anciens habitants étaient s’étant installés dans les zones péri-urbaines à la recherche de logements modernes.

Les familles s’installant dans les espaces abandonnés de la médina ont créé des oukalas – un mot décrivant des espaces de vie partagés par les familles défavorisées. Tout en offrant des logements abordables aux migrants arrivant à Tunis, l’état des logements s’est détérioré après leur abandon.

En conséquence, les oukalas sont souvent devenus dangereux, insalubres et surpeuplés. Pour traiter ces problèmes, la municipalité de Tunis a initié en 1991 le projet Oukalas. Structuré autour de deux objectifs principaux, le projet avait pour but d’améliorer les conditions de vie des résidents de la médina, dont beaucoup étaient des migrants de l’intérieur, tout en rénovant également les bâtiments historiques et les monuments du quartier. Le projet a pris fin en 2012 et aurait profité à plus de 3000 foyers.

Cette étude de cas a été développée dans le cadre du projet européen MC2CM, Migration Ville à Ville en Méditerranée, un projet coordonné par l’ICMPD et financé par l’Union européenne et l’Agence suisse pour le développement et la coopération. Le projet MC2CM travaille depuis 2015 avec les villes d’Amman, Beyrouth, Lisbonne, Lyon, Madrid, Tanger, Tunis, Turin et Vienne au renforcement des connaissances sur la migration urbaine.

En outre le projet cherche à entretenir un dialogue entre pairs et un apprentissage réciproque sur les défis urbains spécifiques tels que la cohésion sociale, le dialogue interculturel, l’emploi et la mise en place de services de base pour les migrants, entre autres.