Vous êtes ici

Place Gabriel Péri : Activités de médiation pour une intégration sociale durable à Lyon

Lyon
France

 

La ville de Lyon a une riche histoire migratoire et les nouveaux arrivants se concentrent souvent sur la place Gabriel Péri. Cet endroit constitue un lieu important d’arrivée des migrants, jouant un rôle central dans l’accueil, l’hébergement et l’intégration des diverses populations lyonnaises.

Toutefois, ces dernières années, les tensions sociales sont en hausse place Gabriel Péri. Plus précisément, l’intensification d’un marché informel quotidien tenu par des migrants – associé aux activités dans et autour des lieux d’hébergement pour demandeurs d’asile et sans-abris du quartier – a contribué à créer une atmosphère d’insécurité pour les résidents et les commerçants locaux.

Pour atténuer ces difficultés, la Ville de Lyon a tout d’abord largement investi dans des mesures d’aménagement visant à la sécurisation de l’espace public. Cependant, cette approche n’a pas donné de résultats satisfaisants et a au contraire contribué à accroître le sentiment de malaise au sein du voisinage.

Plus récemment, la Ville a adopté une approche plus intégrée, comme l’illustre l’action confiée à l’Agence Lyon Tranquillité Médiation (ALTM). Cette initiative, conçue pour maintenir un environnement sûr et paisible sur la place Gabriel Péri, fait appel à des médiateurs sociaux en uniforme dont la mission est de favoriser la cohésion sociale à long terme dans cette zone spécifique et « problématique » de la ville. Cette intervention publique montre comment la cohésion sociale peut être renforcée par une approche holistique et pluri-acteurs, et visant à tisser du lien, à l’inverse de mesures de sécurité basées sur l’exclusion.

Cette étude de cas a été développée dans le cadre du projet européen MC2CM, Migration Ville à Ville en Méditerranée, un projet coordonné par l’ICMPD et financé par l’Union européenne et l’Agence suisse pour le développement et la coopération. Le projet MC2CM travaille depuis 2015 avec les villes d’Amman, Beyrouth, Lisbonne, Lyon, Madrid, Tanger, Tunis, Turin et Vienne au renforcement des connaissances sur la migration urbaine.

En outre le projet cherche à entretenir un dialogue entre pairs et un apprentissage réciproque sur les défis urbains spécifiques tels que la cohésion sociale, le dialogue interculturel, l’emploi et la mise en place de services de base pour les migrants, entre autres.