Vous êtes ici

Participation à géométrie variable dans l’entreprise de gestion de l’eau VA SYD

Malmö
Suède

 

VA SYD est une entreprise publique de la région de Skåne qui approvisionne en eau, eaux résiduelles et autres services Malmö, Lund, et d’autres petites villes. Lancé en 1994 et finalement structuré en 2008, il s’est développé face à une menace de privatisation qui n’a jamais eu lieu, suscitant une expérience vertueuse qui a rénové de façon créative l’ancien service de gestion de l’Eau de Malmö.

 

Actuellement, les structures de gouvernance de VA SYD encouragent la coexistence d’objectifs communs clairs et garantie l’autonomie de ses différentes villes partenaires. Les économies de chaque ville cohabitent et permettent une configuration variable des différents services qui sont (ou ne sont pas) confiés à VA SYD par chaque ville partenaire. En ce qui concerne l’organisation interne de VA SYD, tous les secteurs préexistants ont cédé leur pouvoir à la structure issue de la fusion, en évitant la création ou la survie de petits « royaumes » coupés de la stratégie globale.

 

Afin d’équilibrer ces pertes, la cohésion interne a été atteinte par le biais d’un processus d’horizontalisation qui a visé à « fluidifier » les échanges entre les différents départements et la valorisation des salariés, ce qui a contribué à augmenter l’engagement des individus à l’égard des objectifs de VA SYD. Ces objectifs ont été poursuivis grâce à la création d’un environnement de travail positif, et d’une série de nouveaux espaces encourageant un dialogue ouvert ne se limitant pas aux salariés, mais créant aussi de nouvelles relations avec les usagers.

Parmi ces espaces, les plus visibles sont le Groupe sur les Besoins spéciaux (créé pour adapter le site de VA SYD aux exigences des citoyens handicapés) et le Groupe de référence sur la tarification, qui s’est réuni trois fois pour débattre des hausses tarifaires.

 

Bien que largement appréciées par les clients, quelques-unes des institutions innovantes n’ont pas eu les résultats escomptés. En effet, les expérimentations ont eu lieu dans un cadre sociopolitique dans lequel le problème de l’eau n’est pas au cœur des conflits et ne provoque pas un débat social tendu, et où le coût de l’eau est faible pour les usagers du fait que l’on se trouve dans un pays riche en eau (et avec un État-providence bien organisé). Dans cette optique, les outils adoptés au niveau interne pour soutenir une politique de « dialogue social horizontal » se sont avérés beaucoup plus efficaces.

 

Toutefois, la mise en commun des différentes expériences menées au sein de VA SYD, permet de distinguer un cadre général pour la mise en œuvre de politiques qui pourraient être très pertinentes pour d’autres contextes. Toute adaptation de ces mesures ou politiques innovantes devrait chercher à renforcer les aspects de formalisation et d’institutionnalisation, qui à Malmö et à Lund n’ont pas été nécessaires jusqu’à présent.