Vous êtes ici

Autonomisation du secteur informel: Gestion des marchands ambulants

Surakarta
Indonésie

 

Surakarta, également appelée Solo ou Sala, est une ville de la province centrale de Java en Indonésie et qui compte plus de 500 000 habitant-e-s. Le nombre croissant de marchands ambulants, luttant pour obtenir un revenu quotidien dans une économie affaiblie due à la crise financière indonésienne de 1998, est à l’origine d’une augmentation du nombre de plaintes déposées au bureau du maire de la ville. Ces plaintes remettaient en cause l'existence des marchands ambulants apparemment informels occupant les espaces publics de manière aléatoire, de ce fait perturbant la circulation, dégradant la qualité scénique de la ville et provoquant une pollution de l'environnement. Les plaintes visaient également les mesures que pourraient/pouvaient prendre la ville pour résoudre le problème provoqué par le grand nombre de marchands ambulants et la nature de leurs activités.

Intérêt du programme

Par le biais d’un programme d'habilitation (empowerment) et de restructuration, Surakarta est parvenu à résoudre la question très sensible des marchands ambulants illégaux et des effets que cela entraînait dans l'espace public, comme la production de déchets, les problèmes de circulation et les conditions délétères. La réinstallation et la réorganisation des marchands ambulants à Surakarta ont été réalisées dans le respect de la culture locale et par le biais de méthodes humaines.

Mise en place du programme

Le maire a convaincu les marchands ambulants que ces efforts permettraient d’améliorer leurs conditions, et non d’éliminer le commerce. L'administration de Solo a adopté quatre principales lignes d'action, à savoir: la mise en place d’une meilleure communication entre les parties prenantes; la création d'espaces destinés aux marchands ambulants par le biais de leur réinstallation, la fourniture de tentes-parapluies, de chariots ou abris modifiés de style traditionnel Javanais ; le nouvel endroit de réinstallation a été choisi à l’issue de plusieurs réunions entre le gouvernement, l'ONG et les représentants des marchands ambulants ; la création d’un statut juridique pour les marchands ambulants ; et la mise en place de formations destinées aux marchands ambulants sur la façon de gérer et de faire fructifier leur entreprise.

L'équipe de direction des marchands ambulants a été précédée de la formation d’une équipe technique et d’une autre non technicienne. L'équipe technique était responsable de l’identification de lieux alternatifs pour les marchands ambulants, de nouveaux modèles de constructions, de l’organisation de la circulation, etc. L'équipe non technicienne était responsable de la gestion des réactions de la communauté (rejet ou acceptation), afin de minimiser les risques de conflit horizontal et vertical.

Les principaux résultats

Les bénéficiaires incluent les habitants de la ville de Surakarta (à l’origine des premières plaintes) et ses visiteurs, car la ville a non seulement bénéficié de meilleurs revenus mais aussi d’espaces publics plus beaux et plus accueillants, mais avant tout, les marchands ambulants (désignés désormais sous le nom de marchands) qui ont non seulement pu améliorer leurs bénéfices tout en bénéficiant de meilleures conditions pour mener leur activité.

Les approches consultatives et participatives ont été présentées par les ONG locales au gouvernement local sur la base de leur expérience et connaissance d'autres pratiques. Le maire de la ville, avec un fort leadership, a fait face à cette question et a identifié les avantages d'une approche inclusive.

Portée du programme

L'initiative de réinstallation des marchands ambulants est une bonne pratique de leadership fort et de participation des parties prenantes au développement de la ville. Le concept d'investissement social soutenu par les multiples parties prenantes et la réglementation du gouvernement local a permis l’adéquation de l'initiative au contexte local.

En outre, l’initiative a démontré son potentiel de transposition car certains gouvernements locaux ont montré un intérêt pour la pratique de la ville de Solo. Ces gouvernements locaux font face aux mêmes problèmes de marchands ambulants. Ils se sont rendus à Solo pour connaître le processus et les facteurs clé d’une bonne gestion de la question des marchands ambulants. Le maire de la ville a été invité par diverses institutions telles que le ministère d'État au logement, le ministère des travaux publics et le ministère de l’intérieur à présenter sa vision et son expérience et le programme de gestion des marchands ambulants