Vous êtes ici

Programme de Réhabilitation de Logements al-Darb al-Ahmar

Le Caire
Égypte

 

Al-Darb al-Ahmar est un district historique du Caire et ses 100 000 habitants sont parmi les plus pauvres de la ville. On y trouve une riche concentration de monuments islamiques, mais le quartier manque aussi cruellement de services et d’infrastructures appropriées, comme l’a révélé une étude préliminaire réalisée en 2003 (par exemple, manque de salles de bains privées, de sources d’eau et de pièces ventilées dans les maisons). Par conséquent, un alarmant pourcentage de résidents se plaint de problèmes de santé. Dans le but  de consolider le tissu urbain existant, l’HRP a été créé non seulement pour améliorer la qualité et nombre de logements et pour répondre à des critères de santé, mais aussi pour conserver les traits architectoniques originaux et pour garantir le droit de propriété.

Le Programme de Réhabilitation de Logements d’Al-Darb al-Ahmar (ADAA HRP) a démarré en 2004 avec un objectif de 200 maisons pour la fin de l’année 2009. Suite à la phase de lancement, le programme est toujours en cours mais dépend de l’action des communautés locales et de nouvelles contributions de différents donateurs. L’HRP a pour but d’améliorer la qualité et le nombre de logements plus adaptés aux besoins des populations à travers la réhabilitation durable. L’HRP a formulé une stratégie multidisciplinaire pour faire face aux principales causes qui aggravent le déclin du logement, en coopération avec toutes les parties intéressées :

  • Réviser les mécanismes institutionnels pour combler le fossé entre les politiques législatives et les besoins des résidents ;
  • Faciliter aux résidents un accès à des subventions au logement et à des prêts abordables ;
  • Améliorer la garantie du droit de propriété par le biais de la médiation entre propriétaires, locataires et organisations institutionnelles ; et
  • Promouvoir des critères plus élevés de conservation grâce au conseil, à la formation et au suivi des activités de construction.

Les bénéficiaires du programme sont les habitants du district d’Al-Darb al-Ahmar et différents groupes de la communauté locale, ainsi que des entreprises.

Les processus de participation mis en œuvre ont comporté des études approfondies des besoins urbains, sociaux et économiques des résidents locaux. De nombreuses réunions ont eu lieu afin d’identifier les priorités de conservation et de développement telles que perçues par la communauté locale. Des négociations avec les résidents ont permis l’établissement de priorités, y compris la restauration de maisons et de bâtiments historiques, d’espaces et de zones publics, ainsi que la détermination des besoins de financement pour des petits projets, des services sanitaires et des centres pour le développement de la communauté locale. L’instrument de mesure principal est une enquête de satisfaction réalisée avant et après le déroulement du projet auprès de tous les bénéficiaires. Sont aussi utilisées l’observation et des techniques d’entretien de groupes communautaires pour mesurer des changements dans la valeur, dans le loyer et dans le nombre de nouveaux logements.

L’approche et la mise en œuvre de l’HRP ont donné lieu à des innovations politiques à différents niveaux. Le Conseil Supérieur des Antiquités a modifié ses politiques de démolition, politiques qui avaient eu pour conséquence l’expulsion de centaines de familles à Al-Darb al-Ahmar. Par la suite, le gouvernorat du Caire a révisé le Plan de District de 1973 qui permettait des démolitions massives sur la base des politiques du Conseil Supérieur des Antiquités. Enfin, en 2008, le gouvernorat du Caire a ratifié le nouveau Plan de Conservation pour Al-Darb al-Ahmar. En 2007, l’Organisation Nationale pour l’Harmonie Urbaine, dans ses « Guidelines for Historic Areas » (Plan pour les quartiers historiques), identifiait l’HRP comme une bonne pratique à mettre en place au niveau national. En 2008, le gouvernorat du Caire modifiait les exigences légales pour la réhabilitation des logements existants dans le but de promouvoir un meilleur processus de réhabilitation.

L’HRP d’Al-Darb al-Ahmar fait partie du projet plus vaste « Azhar Park Project » du Programme d’Aide aux Villes Historiques de la fondation Aga Khan Trust for Culture (AKTC), financé par des subventions de différentes institutions (Fonds de Développement Égyptien-Suisse, Ford Foundation, Fonds de Monuments Mondial, AKTC, Fonds Social pour le Développement et Agence Canadienne de Développement International). Entre 2004 et 2008, le budget total d’Al-Darb al-Ahmar a atteint 3 249 000 dollars.

Les principaux résultats de la politique ont été les suivants :

  • 285 habitations assortis de droits de propriété garantis ;
  • Réhabilitation de 85 bâtiments ;
  • Amélioration des conditions de vie à travers la construction de salles de bains privées, de cuisines, plus d’espaces habitables, de lumière du jour et de ventilation, ainsi qu’un meilleur accès au réseau de distribution d’eau et d’assainissement.
  • L’obtention de droits de propriété garantis grâce à une plus grande collaboration entre propriétaires et locataires ;
  • Augmentation de la demande d’artisans locaux et de sous-traitants pour le programme ;
  • Établissement d’un microcrédit HRP qui a atteint un taux de remboursement de 99,6 % sur cinq ans ;
  • Diffusion des connaissances en techniques de construction non conventionnelles de faible coût.

Les principaux obstacles ont été les suivants :

  • Procédures légales complexes (autrement dit, la documentation requise pour chaque bâtiment avant de pouvoir le réhabiliter), limitations de la planification et plans obsolètes ;
  • Manque connaissances techniques et de critères pour la réhabilitation de structures traditionnelles ; et
  • Sens de la propriété et de la participation communautaire presque inexistants, surtout en raison de l’insécurité de la propriété et des limitations de la planification.