Vous êtes ici

Preambule

Considérant que tous les êtres humains doivent pleinement jouir des droits et libertés reconnus par la Déclaration universelle des droits de l’Homme (1948) et les différents instruments internationaux qui en découlent, en particulier les Pactes internationaux relatifs aux droits économiques, sociaux et culturels, et aux droits civils et politiques (1966), les Conventions et chartes régionales de protection des droits de l’Homme et autres traités fondamentaux des droits de l'Homme,

Considérant que tous les droits de l’Homme sont indivisibles, interdépendants et universels, comme mentionné dans la Déclaration de Vienne (1993) et réitéré par la Déclaration du Millénaire (2000) ainsi que la Déclaration du 60 anniversaire des Nations unies (2005) ; et que, par conséquent, non seulement la satisfaction des droits économiques, sociaux et culturels est indispensable à l’exercice effectif des droits politiques, mais que, dans le même temps, seul l’exercice des droits civils et politiques permet de participer aux mécanismes de la prise de décision qui peuvent conduire à la concrétisation des droits économiques et sociaux,

Considérant que la Cité est une communauté politique dans laquelle tous les habitants participent à un projet commun de société fondé sur la liberté, l'égalité en droit des femmes et des hommes dans la diversité, et le développement individuel et collectif,

Considérant que le degré d’émancipation des femmes est à la mesure du niveau général d’émancipation des sociétés ; et qu’il convient dès lors, d’agir en faveur de l’égalité effective entre les hommes et les femmes et de promouvoir activement la participation des femmes à la prise de décision locale,

Convaincus de la nécessité de favoriser dans les Cités et les territoires qui en dépendent un développement durable, équitable, inclusif et respectueux des droits de l'Homme sans discrimination ; et d'agir pour approfondir la démocratie et l'autonomie locale afin de contribuer à construire un monde de paix, de justice et de solidarité,

Considérant que l’extrême pauvreté constitue en soi une atteinte aux droits de l’Homme et soulignant la nécessité de garantir les droits de l’Homme en situation de crise,

Considérant que les autorités locales, au travers de leurs actions et de leurs compétences, ont pour mission d’appliquer ce projet et qu’elles doivent jouer un rôle fondamental dans la garantie de l’exercice effectif des droits de l’Homme de tous leurs habitants,

Considérant que la citoyenneté, avec les droits, les devoirs et les responsabilités qu’elle implique, s’exprime particulièrement à l’échelon local.