Vous êtes ici

Le « Jugendcollege » : Formation et instruction de jeunes migrants à Vienne

Le Collège pour la jeunesse est un programme gratuit d’instruction, de formation et de tutorat destiné aux jeunes migrants (principalement demandeurs d’asile) de 15 à 21 ans à Vienne. Dans le cadre de l’initiative d’intégration plus vaste « Start Wien » lancée par la ville, l’objectif du Collège pour la jeunesse est d’aider les jeunes migrants à mener une vie indépendante aussi vite que possible en les préparant à la poursuite d’études, à une formation professionnelle ou à l’emploi.

Cette aide est concrétisée par une série de modules en allemand, un parcours d’intégration culturel et de développement professionnel personnel, ainsi que des initiatives d’intégrations sociales telles que des excursions.

Considérant que l’instruction est essentielle à la participation sociale, le programme aide les jeunes migrants à accéder à leurs droits, à la formation et à l’emploi, et contribue à la cohésion sociale par la consolidation de valeurs communes autour de la question des rôles liés au genre, des temps de loisirs, des habitudes et traditions et de la découverte mutuelle de l’autre.

Le Collège pour la jeunesse compte actuellement deux antennes à Vienne et a une capacité d’accueil totale de 1000 places. Depuis sa mise en place en août 2016, 1270 jeunes migrants y ont participé, parmi lesquels 160 ont déjà suivi ce programme jusqu’à son terme et ont poursuivi leurs études, ou trouvé un emploi.

Étude de cas

Cette étude de cas a été développée dans le cadre du projet européen MC2CM, Migration Ville à Ville en Méditerranée, un projet coordonné par l’ICMPD et financé par l’Union européenne et l’Agence suisse pour le développement et la coopération. Le projet MC2CM travaille depuis 2015 avec les villes d’Amman, Beyrouth, Lisbonne, Lyon, Madrid, Tanger, Tunis, Turin et Vienne au renforcement des connaissances sur la migration urbaine.

En outre le projet cherche à entretenir un dialogue entre pairs et un apprentissage réciproque sur les défis urbains spécifiques tels que la cohésion sociale, le dialogue interculturel, l’emploi et la mise en place de services de base pour les migrants, entre autres.