Vous êtes ici

Assassinat de Marielle Franco, Conseillère Municipale de Rio de Janeiro : Communiqué du Co-président de la Commission CISDPDH de CGLU, Patrick Braouezec

Source photo : Mídia Ninja

"Marielle Franco, 38 ans, était l’une des 32 femmes noires élues parmi les villes capitales du Brésil.  Sociologue, née dans la favela de Maré à Rio de Janeiro, elle s’était particulièrement engagée ces derniers mois pour dénoncer la violence croissante des opérations militaires dans les favelas de Rio de Janeiro, notamment depuis la crise politique d’août 2016.  

Militante LGBT, féministe, défenseuse des Droits Humains, elle luttait contre les discriminations raciales et les violences de genre. Marielle Franco s’inscrivait dans une vision politique issue du Droit à la Ville, défendant la co-responsabilité avec les habitants, l’éducation populaire et la mobilisation sociale. Comme nous, elle pensait pouvoir lutter pour une plus grande justice sociale en occupant les institutions.

Au nom de l’ensemble des pouvoirs locaux rassemblés au sein de la Commission Inclusion Sociale, Démocratie Participative et Droits Humains (CISDPDH) de Cités et Gouvernements Locaux Unis (CGLU), je condamne donc le lâche assassinat de Marielle Franco. Alors que trente élus ont déjà été assassinés depuis août 2016 (dont 20 dans l’Etat de Rio), cet assassinat est de nouveau une attaque contre la démocratie locale au Brésil. Il ne peut rester impuni, au risque d’accroitre la loi des « armes » contre l’engagement populaire.

Nous adressons toutes nos condoléances à sa famille, ses proches, ses camarades et nous nous associons à ceux qui exigent une enquête immédiate et rigoureuse"

Patrick Braouezec, Co-président de la Commission Inclusion Sociale, Démocratie Participative et Droits Humains de CGLU